La loi Hadopi : comment ne pas se faire prendre ?

16 Likes Comment

Pour quelques rares personnes, le terme Hadopi inspire un sentiment de sécurité et de protection sur internet. Mais, pour beaucoup, surtout si vous êtes jeunes et adeptes des téléchargements, Hadopi est presque un terme effrayant. En effet, la Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des droits sur Internet est une sorte de gendarme du net que beaucoup essayent tant bien que mal d’éviter. La même question s’est rapidement posée partout : « comment ne pas se faire prendre par Hadopi ? » Heureusement (ou malheureusement pour Hadopi), les options sont aussi diverses que variées. Focus !

Comprendre le fonctionnement de la Hadopi

Le b.a.-ba pour arriver à déjouer Hadopi, c’est indispensablement de savoir comment ça fonctionne. Vous auriez beau trouver de nombreuses méthodes diverses, tant qu’on ne sait pas comment Hadopi fonctionne, on peut toujours se faire prendre. De façon concrète, il faut comprendre que la mission d’Hadopi est d’utiliser le système dit de « riposte graduée » pour lutter contre le piratage de films, musiques, séries ou toute autre œuvre artistique sur internet.

Mais attention, Hadopi ne sanctionne pas que l’action manifeste de pirater. Elle sanctionne déjà ce qu’elle appelle la « négligence caractérisée » qui est en terme simple, « le fait pour l’internaute de ne pas avoir empêché que son accès à internet soit utilisé pour pirater ». En vrai, ce n’est donc seulement pas le fait de pirater en tant que tel qui est sanctionné par Hadopi, mais le fait de ne pas avoir essayé correctement de l’empêcher.

Dans les faits, lorsque vous téléchargez ou uploadez illégalement du contenu multimédia protégé sur internet, vous êtes identifié grâce à votre adresse IP et vous recevez un premier mail d’avertissement puis un second en cas de première récidive. Si le comportement persiste, le dossier est examiné par une commission puis transmis au tribunal en vue d’une éventuelle condamnation. Mais, ce qu’il faut surtout retenir du fonctionnement de Hadopi, c’est que le nœud du système est l’adresse IP.

Masquer son adresse IP, une priorité pour ne pas se faire prendre !

ordinateur main écran l'Internet doigt lentille Macro Mémoire Sécurité cercle moniteur déverser réflexe protection site mot de passe protéger accès session sûr binaire pirate registre peu sûr le piratage Lcd confidentiel TechnologieDepuis l’arrivée de Hadopi, surfer anonymement sur internet est une préoccupation. En effet, l’autorité aurait beau détecter sur un site un partage illégal de contenu protégé par droit d’auteur, elle ne pourrait imputer la responsabilité à personne si elle n’arrive pas à trouver et tracer l’adresse IP utilisée à cet effet. Il vous suffirait donc d’arriver à masquer efficacement votre adresse IP pour ne pas vous faire prendre par Hadopi. Pour ce faire, diverses options s’offrent à vous.

Éviter le P2P et privilégier le téléchargement direct !

Le « peer to peer » (P2P) est le système de téléchargement via des sites Web ou des logiciels qu’on utilise fréquemment. Il permet de voir votre adresse IP. Mais, en alternative, le téléchargement direct masque celle-ci. Ici, les fichiers à télécharger ne sont sur des sites web publics, mais sur les ordinateurs d’hébergeurs comme MediaFire, RapidShare, etc.. Le principe en devient simple : les internautes chargent les fichiers sur l’hébergeur et partagent les liens de téléchargement sur de nombreux forums très fréquentés. Aucun moyen de tracer l’adresse IP !

Opter pour les logiciels de P2P sécurisés

Si vous n’êtes pas vraiment doué dans le système de téléchargement direct, vous pouvez toujours opter pour les logiciels de P2P sécurisés, à l’instar d’AntsP2P ou de Peersm. Ce sont des logiciels anonymes et sécurisés pour naviguer en mode « peer to peer » sans se faire repérer. Il faut toutefois noter qu’ils ne sont pas tous performants, et les téléchargements peuvent être plus lents avec certains modèles. En matière de logiciel de sécurisation, les VPN les surpassent clairement de loin…

Utiliser des services VPN

C’est sans doute la méthode la plus efficace et la plus utilisée pour masquer l’adresse IP de votre connexion quand vous surfez sur le net. Le fonctionnement des VPN (réseaux privés virtuels) est assez simple. En principe, votre adresse IP permet de vous situer où vous êtes sur le territoire français (ce qui vous place sous la juridiction de la Hadopi). Mais, en installant un VPN, ce dernier crée une sorte de pont entre votre connexion internet et un point d’accès situé à l’étranger. Aux yeux d’internet et de tous, vous naviguez donc et faites tout à partir de ce point d’accès là. Vous n’êtes donc plus sous la juridiction française, contournant ainsi aisément la Hadopi. Les VPN existent en version gratuite et en version payante, les seconds étant évidemment plus performants que les premiers.

Le streaming, une solution simple et efficace pour contourner l’Hadopi !

Depuis maintenant quelques années, le streaming ne cesse de prendre une ampleur de plus en plus importante sur internet. En réalité, ce n’est pas pour ses merveilleux services bruts, mais c’est parce qu’il s’agit d’un véritable outil anti-Hadopi en soi. En effet, grâce au streaming, il est aisément possible de regarder et même télécharger « illégalement » du contenu multimédia sans courir de risques légaux.

Non seulement vos adresses IP ne sont pas accessibles sur ce genre de site, mais en plus, il n’y a que le fournisseur du contenu qui encourt légalement des risques. Vous ne commettez aucune infraction aux yeux de l’Hadopi en accédant à ces sites. À l’instar des VPN, il en existe aussi en version gratuite et en version payante. Il faut noter qu’ici, les versions gratuites ne valent généralement pas grand-chose. Pour un service correct, il faudra surement débourser au moins quelques euros par mois.

Toutefois, il est important de noter que certains sites de streaming comme Popcorn Time et Pirate Bay sont à éviter, car même s’ils ont l’apparence de sites de streaming, ils utilisent techniquement le P2P pour vous permettre de lire et parfois de télécharger les films et séries. Sur ces sites, votre adresse IP est parfaitement visible même s’il restera à la Hadopi de prouver que vous avez fait des téléchargements illégaux. Une chose étant claire, faire du streaming n’est jusque-là absolument en rien une activité illégale passible de poursuites par la Hadopi.

Les Trackers BitTorrent

Les Trackers BitTorrent sont des serveurs spécifiques qui permettent de communiquer entre pairs en utilisant le protocole BitTorrent. C’est toujours un partage de fichiers en P2P, mais qui se fait en quelque sorte sous la modération du Tracker. Dans les faits, un utilisateur demande les fichiers stockés sur le compte d’autres utilisateurs du réseau. Qu’ils soient connectés ou déconnectés du réseau, le Tracker conserve une trace de l’endroit où les fichiers sont stockés et assure leur disponibilité au moment de la demande. Les clients qui communiquent directement sur le Tracker BitTorrent sont donc en quelque sorte à l’abri de l’Hadopi. Il faut toutefois remarquer que ce système n’est pas une garantie absolue et ne manque pas d’essuyer quelques polémiques.

Comment sécuriser sa connexion pour éviter les différents risques ?

Wifi point chaud public Voyage concept l'Internet accès Entreprise café ville fermer la communication relier connexion Cyber la cyber-sécurité cybersecurity Les données dispositif numérique main en portant icône mobile téléphone appareil électronique La technologie gadget table sol sol meubles

Le petit problème avec la loi Hadopi, c’est que les textes ne punissent pas forcément l’auteur du forfait, mais le propriétaire de la connexion utilisée. Nous parlions un peu plus haut de la notion de « négligence caractérisée » évoquée par les textes. En clair, avec ce principe, vous pourriez bêtement avoir des soucis avec l’Hadopi sans même n’avoir jamais personnellement, de près ou de loin, fréquenté des sites pirates ou faits de téléchargements illégaux. Les raisons sont aussi simples que banales :

  • il suffirait que vos enfants, un parent, un ami ou un proche utilisent votre connexion internet pour faire de pareilles activités ;
  • il suffirait qu’un de vos voisins utilise votre connexion pour faire de pareilles activités, et vous êtes pris pour responsable ;
  • il suffirait qu’un hacker craque votre connexion pour commettre ses forfaits et devant la loi, vous êtes tenu pour responsable ;
  • etc.

Le principe de la négligence caractérisée oblige donc tout titulaire d’une connexion à prendre les mesures adéquates pour la sécuriser et éviter qu’elle constitue un canal d’activités illégales en violation des droits d’auteur. Il est donc indispensable de sécuriser correctement sa connexion pour éviter tous risques. Voici quelques astuces très utiles à cet effet !

L’accès sécurisé par une clé WPA2

S’il est déjà évident que vous ne devriez plus laisser votre connexion sans clé de sécurité, il faut maintenant aller plus loin. Il est important de choisir une clé de sécurité performante, efficace et bien résistante. Les systèmes de clés les plus courants sont les WEP et les WPA. Ils sont devenus standards et relativement faciles à craquer pour quelqu’un qui s’y connait un peu en piratage. Optez plutôt pour les clés de sécurité WPA2 qui sont nettement plus sûres et plus difficiles à craquer. Au moins avec celles-là, il faudrait que le pirate soit sacrément fort et expérimenté pour craquer votre connexion réseau.

La force de votre mot de passe

De nombreuses sensibilisations sont faites sur la sécurité du mot de passe pour les boites mail, les sessions, les comptes en ligne, etc. Mais, il apparaît clairement qu’on devrait accentuer l’action sur les mots de passe de réseaux également. Un mot de passe faible sera facilement deviné par votre voisin qui fera tout ce qu’il veut de votre connexion sans que vous vous en rendiez compte. Optez pour des mots de passe forts et pas faciles à deviner. Le mot de passe alphanumérique est évidemment fortement recommandé. Par ailleurs, n’hésitez pas à restreindre le nombre d’utilisateurs pouvant se connecter au réseau dans la mesure du possible.

Le logiciel de contrôle parental

Vous êtes légalement responsables de ce que font vos enfants. C’est pareil dans le cadre de la loi Hadopi. N’hésitez pas à installer un bon logiciel de contrôle parental pour éviter que vos enfants ne fassent des téléchargements illégaux. Ils sont d’ailleurs les plus enclins à ce genre d’activité, étant constamment au contact d’internet et de leurs stars préférées. Attention ! Ne vous fiez pas trop aux logiciels de contrôle parental gratuits disponibles partout. Il est vrai que certains sont bien efficaces, mais d’autres ne servent pratiquement à rien. Dans la mesure du possible, optez pour les modèles payants dont l’efficacité est pleinement garantie. 

Les pare-feu et chartes pour les entreprises

Il n’y a pas que les réseaux domestiques qui peuvent se faire pirater. Les réseaux d’entreprises sont tout autant de potentielles cibles, les exposant à des poursuites de l’Hadopi. Ici, il est fortement recommandé d’installer des parts-feu d’entreprises pour bloquer les protocoles ou les ports typiques des logiciels de P2P comme BitTorrent, uTorrent, eMule, etc. Concrètement, même ceux qui travaillent au sein de l’entreprise ne pourraient pas utiliser la connexion de cette dernière pour faire des téléchargements de type P2P. Par ailleurs, de plus en plus d’entreprises utilisent également les chartes pour interdire aux employés d’utiliser le réseau de l’entreprise pour faire ce genre d’activité, histoire de se mettre un peu plus à l’abri des risques. 

Quels sont les contenus multimédias qui sont surveillés par l’Hadopi ?

La loi Hadopi a beau concerné les contenus multimédias protégés par droit d’auteurs, mais l’autorité ne couvre pas toutes les œuvres multimédias. Pourquoi ? La raison réside dans le fonctionnement même de l’Hadopi. En réalité, la détection de l’adresse IP n’est pas réalisée par la Hadopi elle-même. Cette tâche est laissée à la discrétion des organisations de titulaires de droits d’auteurs, qui se chargent de faire mandater des prestataires pour faire le travail.

Dans les faits, il n’y a que les représentants des professionnels de la musique et ceux des professionnels du cinéma qui ont mandaté la société nantaise TMG (que certains estiment être le mailleur faible d’Hadopi) pour faire le travail. On constate donc que l’industrie du livre et celle du jeu vidéo, deux secteurs pourtant très convoités par les internautes, n’ont pas fait appel à la Hadopi pour protéger leurs droits. Conséquence : si vous téléchargez un livre ou un jeu vidéo via la procédure P2P, qu’il soit libre de droits ou pas, vous ne risquez absolument rien, car la Hadopi n’a jusque-là pas les moyens de surveiller ces deux secteurs.

Que faire quand on reçoit (injustement) un avertissement de la Hadopie ?

Si malgré toutes les précautions prises, vous en arrivez à recevoir un mail d’avertissement de la Hadopi, ne paniquez surtout pas. Un premier mail n’est en rien alarmant. Si vous vous savez exempt de fautes, vous n’avez même pas à répondre à ce mail. Vous devriez toutefois effectuer les actions suivantes :

  • assurez-vous que votre connexion n’est pas utilisée par quelqu’un d’autre à votre insu ;
  • faites un checking auprès des utilisateurs de votre connexion si celle-ci est partagée. Consultez si possible les historiques de navigation pour les enfants ;
  • changez par précaution le mot de passe de votre connexion. Vous pouvez réinitialiser la connexion au besoin.

Ce qu’il faut surtout comprendre, c’est qu’un mail d’avertissement ne vous met pas directement en danger au vu de l’Hadopi. Ces mails ont justement pour but de prévenir du fait que votre connexion aurait été impliquée dans des activités de téléchargements illégaux. Il vous revient donc de vous assurer que votre connexion est parfaitement sécurisée pour éviter un éventuel second mail d’avertissement et, à la longue, des poursuites.

Voilà ! Vous savez maintenant les bons comportements à adopter pour ne pas vous faire prendre par la loi Hadopi. Au-delà des nombreux moyens qui existent pour contourner la surveillance de la Hadopi, il vaut toujours mieux sécuriser sa connexion et passer par les moyens légaux.

Tu pourrais aimer

Hervé

A propos de l'auteur: Hervé

Après avoir fait du SEO pendant 7 ans, j'ai décidé de créer ma propre agence de référencement et de création de sites internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *